loader

Principal

Myopie

L'atropine

Mode d'emploi:

Prix ​​dans les pharmacies en ligne:

L'atropine est un médicament anticholinergique, bloqueur des récepteurs m-cholinergiques.

Forme de libération et composition

L'atropine est disponible sous les formes suivantes:

  • Solution injectable contenant 1 mg de sulfate d'atropine dans 1 ml (en ampoules de 1 ml);
  • Collyre à 1% contenant 10 mg de sulfate d'atropine dans 1 ml (en flacon compte-gouttes en polyéthylène de 5 ml).

Indications pour l'utilisation

L'atropine est un agent anticholinergique et antispasmodique. Sa substance active est un alcaloïde toxique, qui se trouve dans les feuilles et les graines de plantes de la famille des solanacées, telles que la jusquiame, la belladone et la drogue. La principale caractéristique chimique du médicament est sa capacité à bloquer les systèmes m-cholinergiques du corps, situés dans le muscle cardiaque, les organes à muscles lisses, le système nerveux central et les glandes sécrétoires.

L'utilisation de l'atropine aide à réduire la fonction sécrétoire des glandes, à détendre le tonus des organes musculaires lisses, à dilater la pupille, à augmenter la pression intraoculaire et la paralysie de l'accommodation (capacité de l'œil à changer la distance focale). L'accélération et l'excitation de l'activité cardiaque après l'utilisation du médicament s'expliquent par sa capacité à éliminer les effets inhibiteurs du nerf vague. L'effet du médicament sur le système nerveux central se produit sous la forme d'une stimulation du centre respiratoire, et lorsque des doses toxiques sont utilisées, une excitation motrice et mentale est possible (convulsions, hallucinations visuelles).

  • Ulcère peptique et 12 ulcères duodénaux;
  • Spasmes des voies biliaires, organes musculaires lisses du tractus gastro-intestinal, bronches;
  • Hypersalivation (parkinsonisme, empoisonnement aux sels de métaux lourds, interventions dentaires);
  • Bradycardie;
  • Pancréatite aiguë;
  • Coliques intestinales et rénales;
  • Syndrome du côlon irritable;
  • Bronchospasme;
  • Bronchite avec hypersécrétion;
  • Bloc AV;
  • Laryngospasme;
  • Empoisonnement avec des substances anticholinestérases et des m-cholinomimétiques.

Aussi, l'atropine est utilisée dans les études aux rayons X du tractus gastro-intestinal, pour la prémédication avant la chirurgie et en ophtalmologie (pour dilater la pupille et réaliser la paralysie de l'accommodation afin de déterminer la vraie réfraction de l'œil, étudier le fond, traiter les spasmes de l'artère centrale rétinienne, la kératite, l'iritis, la choroïdite, iridocyclite, embolie et certaines blessures aux yeux).

Contre-indications

L'utilisation d'Atropine est contre-indiquée en cas d'hypersensibilité aux composants du médicament..

Mode d'administration et posologie

Injection

En fonction des indications, Atropine est administré par voie sous-cutanée, intramusculaire ou intraveineuse à 0,25-1 mg, la fréquence d'application est jusqu'à 2 fois par jour.

Pour éliminer la bradycardie, les adultes reçoivent une injection intraveineuse de 0,5 à 1 mg, si nécessaire, après 5 minutes, l'administration du médicament est répétée. La posologie des enfants est déterminée par le poids corporel - 0,01 mg / kg.

Pour la prémédication, l'atropine est administrée par voie intramusculaire 45 à 60 minutes avant l'anesthésie:

  • Adultes - 0,4-0,6 mg chacun;
  • Enfants - 0,01 mg / kg.

Gouttes pour les yeux

Lors de l'utilisation d'Atropine en ophtalmologie, 1 à 2 gouttes d'une solution à 1% sont instillées dans l'œil douloureux, la fréquence d'utilisation (déterminée par les indications) est jusqu'à 3 fois par jour, en respectant un intervalle de 5 à 6 heures. Dans certains cas, il est possible d'introduire une solution à 0,1%:

  • Sous-conjonctivale - 0,2-0,5 ml;
  • Parabulbar - 0,3-0,5 ml chacun.

Pour l'électrophorèse, une solution d'atropine à 0,5% est injectée de l'anode à travers les paupières.

Effets secondaires

Avec l'utilisation systémique d'atropine, les éléments suivants peuvent se développer:

  • Tachycardie;
  • Bouche sèche;
  • Difficulté à uriner;
  • Vertiges;
  • Constipation;
  • Photophobie;
  • Mydriase;
  • Paralysie de l'hébergement;
  • Altération de la perception tactile.

Lors de l'utilisation d'Atropine dans le traitement de maladies oculaires, dans certains cas, il peut y avoir:

  • Œdème conjonctival et hyperémie du globe oculaire et des paupières;
  • Hyperémie de la peau des paupières;
  • Bouche sèche;
  • Photophobie;
  • Tachycardie.

instructions spéciales

L'atropine doit être utilisée avec prudence dans les maladies du système cardiovasculaire, dans lesquelles une augmentation de la fréquence cardiaque est indésirable:

  • Tachycardie;
  • Fibrillation auriculaire;
  • Ischémie cardiaque;
  • Insuffisance cardiaque chronique;
  • Hypertension artérielle;
  • Sténose mitrale.

En outre, l'atropine doit être utilisée avec prudence dans la thyrotoxicose, les saignements aigus, l'oesophagite par reflux, l'élévation de la température corporelle, l'augmentation de la pression intraoculaire, les maladies du tractus gastro-intestinal, accompagnées d'obstruction, de gestose, de sécheresse de la bouche, de colite ulcéreuse, de maladies chroniques des poumons, hépatiques et rénales insuffisance, hypertrophie de la prostate sans obstruction des voies urinaires, myasthénie grave, paralysie cérébrale infantile, lésions cérébrales chez l'enfant, maladie de Down.

Un intervalle d'au moins 1 heure doit être respecté entre l'utilisation des antiacides et de l'atropine..

Avec l'administration parabulbaire ou sous-conjonctivale du médicament afin de réduire la tachycardie, le patient doit recevoir un comprimé de validol sous la langue.

Pendant la période de traitement par Atropine, la prudence est de rigueur lors de la participation à des activités potentiellement dangereuses et lors de la conduite..

Analogues

Par le mécanisme d'action, les analogues de l'atropine sont: Bellacehol, Appamid Plus, Cyclomed, Tropicamide, Hyoscyamine, Midriacil, Cycloptic, Midrimax, Bekarbon.

Termes et conditions de stockage

Le médicament est délivré sur ordonnance. La durée de conservation de l'atropine à des températures allant jusqu'à 25 ° C est:

  • Solution injectable - 5 ans;
  • Collyre - 3 ans.

L'atropine

Prix ​​dans les pharmacies en ligne:

L'atropine est un bloqueur aveugle des récepteurs M-cholinergiques. L'effet du médicament est opposé à l'effet observé lorsque la division parasympathique du système nerveux autonome est excitée..

Forme de libération et composition

L'ingrédient actif du médicament est la substance du même nom - sulfate d'atropine.

Le médicament est disponible sous les formes posologiques suivantes:

  • Collyre 1%, 5 ml et 10 ml;
  • Pommade oculaire 1%;
  • Solution injectable 0,5 mg / ml dans 1 ml, 1 mg / ml dans 1 ml et 1 mg / ml dans 1,4 ml;
  • Solution pour administration orale 1 mg / ml, 10 ml;
  • Comprimés à 0,5 mg.

Indications pour l'utilisation

Selon les instructions, l'atropine est prescrite pour les maladies suivantes:

  • Cholécystite;
  • Pylorospasme;
  • Pancréatite aiguë;
  • Ulcère peptique et 12 ulcères duodénaux;
  • Cholélithiase (maladie des calculs biliaires);
  • Hypersalivation (augmentation de la sécrétion des glandes salivaires);
  • Syndrome du côlon irritable;
  • Coliques rénales, bilieuses et intestinales;
  • Bronchospasme;
  • Bronchite avec augmentation de la production de mucus;
  • L'asthme bronchique;
  • Laryngospasme (prévention);
  • Bradycardie symptomatique;
  • Empoisonnement avec des médicaments anticholinestérases et des M-cholinostimulants.

L'utilisation de l'atropine en ophtalmologie est répandue. Les gouttes oculaires sont utilisées pour dilater la pupille, créer un repos fonctionnel en cas de blessures oculaires et de maladies inflammatoires, ainsi que pour obtenir une paralysie de l'accommodation (lors de l'examen du fond d'œil et de la détermination de la réfraction réelle de l'œil).

De plus, l'atropine est utilisée pour la préparation médicamenteuse d'un patient en vue d'une opération chirurgicale..

Contre-indications

Pour les formes ophtalmiques d'atropine, les contre-indications sont le glaucome à angle ouvert et à angle fermé (y compris en cas de suspicion), le kératocône (amincissement et modification de la forme de la cornée), ainsi que l'enfance (la solution à 1% n'est pas prescrite aux enfants de moins de 7 ans).

Pour les autres formes du médicament, la seule contre-indication est l'hypersensibilité au sulfate d'atropine ou à d'autres composants du médicament.

Mode d'administration et posologie

Les comprimés d'atropine sont pris par voie orale à raison de 0,25 à 1 mg 1 à 3 fois par jour. Les enfants de moins de 18 ans, selon leur âge, se voient prescrire 0,05-0,5 mg une ou deux fois par jour. La dose unique maximale du médicament est de 1 mg et la dose quotidienne est de 3 mg.

La solution injectable est injectée par voie sous-cutanée, intraveineuse ou intramusculaire 1 à 2 fois par jour à raison de 0,25 à 1 mg. Pour éliminer la bradycardie, l'atropine, selon les instructions, est prescrite par voie intraveineuse à 0,5-1 mg pour les adultes et 10 μg / kg pour les enfants.

Pour la préparation préliminaire du médicament du patient pour la chirurgie et l'anesthésie générale, le médicament est administré par voie intramusculaire 45 à 60 minutes avant la procédure: 400 à 600 mcg pour les adultes et 10 mcg / kg pour les enfants.

Lors de l'utilisation d'Atropine en ophtalmologie, la posologie recommandée pour les adultes est de 1 à 2 gouttes d'une solution à 1% dans l'œil douloureux jusqu'à trois fois par jour avec un intervalle de 5 à 6 heures, selon les indications. Les enfants se voient prescrire une dose similaire du médicament, mais à une concentration plus faible.

Parfois, une solution à 0,1% d'atropine est injectée à 0,2-0,5 ml par voie sous-conjonctivale (sous la membrane muqueuse de l'œil) ou 0,3-0,5 ml parabulbaire (injection sous l'œil). À travers le bain oculaire ou les paupières, une solution à 0,5% est injectée depuis l'anode (par électrophorèse).

Effets secondaires

Lors de l'utilisation d'Atropine, les effets secondaires systémiques (généraux) suivants sont possibles:

  • Système nerveux et organes sensoriels: étourdissements, hallucinations, euphorie, insomnie, paralysie de l'accommodation, confusion, pupille dilatée, perception tactile altérée;
  • Système cardiovasculaire et hématopoïétique: fibrillation ventriculaire, tachycardie sinusale, tachycardie ventriculaire et aggravation de l'ischémie myocardique;
  • Tractus gastro-intestinal: constipation, sécheresse de la muqueuse buccale;
  • Autres réactions: rétention urinaire, fièvre, photophobie, manque de tonus normal de la vessie et des intestins.

Parmi les effets locaux lors de l'utilisation d'Atropine, une augmentation de la pression intraoculaire et des picotements transitoires peuvent être notés, et avec une utilisation prolongée - hyperémie et irritation de la peau des paupières, rougeur et œdème de la conjonctive, paralysie de l'accommodation, développement de conjonctivite et mydriase (pupille dilatée).

A doses uniques (moins de 0,5 mg), une réaction paradoxale peut survenir, associée à l'activation du service parasympathique (ralentissement de la conduction auriculo-ventriculaire, bradycardie).

instructions spéciales

Lors de l'instillation de l'atropine dans le sac conjonctival, l'ouverture lacrymale inférieure doit être pressée afin que la solution ne pénètre pas dans le nasopharynx. Pour réduire la tachycardie avec l'administration parabulbaire et sous-conjonctivale du médicament, il est conseillé de prescrire validol.

L'iris intensément pigmenté est plus résistant à l'expansion et, pour obtenir l'effet souhaité, une augmentation de la concentration d'atropine ou de la fréquence d'administration est nécessaire, par conséquent, il faut se méfier d'une éventuelle surdose d'agents dilatant la pupille de l'œil..

Chez les patients hypermétropes et les patients de plus de 60 ans, prédisposés au glaucome, avec l'utilisation de l'atropine, une crise aiguë de glaucome peut survenir. Cela est dû au fait que la chambre antérieure de l'œil est peu profonde..

Pendant la période de traitement, il faut refuser de conduire des véhicules et se livrer à d'autres activités potentiellement dangereuses qui nécessitent une bonne vision, une rapidité des réactions psychomotrices et une concentration accrue de l'attention..

Le traitement par l'atropine doit être arrêté progressivement pour éviter le syndrome de sevrage..

Analogues

L'analogue du médicament en composition est le sulfate d'atropine et, en termes d'action pharmacologique, ces mydriatiques sont: Cyclomed, Midriacil et Irifrin.

Termes et conditions de stockage

L'atropine, selon les instructions, est stockée dans un endroit sombre hors de la portée des enfants. La température ambiante ne doit pas dépasser 25 ° C. La durée de conservation du médicament est de 3 ans.

Vous avez trouvé une erreur dans le texte? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

ATROPIN 0.001 / ML 1ML N5 AMP R-R D / IN

Liquide incolore clair.

1 ml de solution contient: Ingrédient actif: sulfate d'atropine monohydraté - 1,027 mg, en termes de sulfate d'atropine - 1 mg. Excipients: acide chlorhydrique (acide chlorhydrique) - jusqu'à pH 3,0 - 4,5, eau pour préparations injectables - jusqu'à 1 ml.

Pour soulager la douleur aiguë en cas d'ulcère de l'estomac et d'ulcère duodénal et de pancréatite, avec colique rénale, hépatique, le médicament est administré par voie sous-cutanée ou intramusculaire à 0,25-1 mg (0,25-1 ml de solution). Pour éliminer la bradycardie - par voie intraveineuse, 0,5 à 1 mg, si nécessaire, après 5 minutes, l'administration peut être répétée. Aux fins de la prémédication - par voie intramusculaire 0,4-0,6 mg 45 à 60 minutes avant l'anesthésie. Pour les enfants, le médicament est administré à une dose de 0,01 mg / kg.

Bloqueur des récepteurs cholinergiques M, antispasmodique

L'atropine ne doit pas être annulée brusquement, car des symptômes similaires aux symptômes de sevrage peuvent apparaître. Pendant la période de traitement, il est nécessaire de s'abstenir de conduire des véhicules et de se livrer à des activités potentiellement dangereuses qui nécessitent une concentration accrue d'attention et une vitesse des réactions psychomotrices..

Affaiblit l'effet des m-cholinomimétiques et des agents anticholinestérases. Diphenhydramine ou prométhazine - augmentant l'action de l'atropine. Les nitrates augmentent la probabilité d'une augmentation de la pression intraoculaire. Procaïnamide - amélioration de l'action anticholinergique. Sous l'influence de la guanéthidine, une diminution de l'action hyposécrétoire de l'atropine est possible.

L'atropine (un alcaloïde présent dans les plantes de la famille des solanacées) est un bloqueur des récepteurs M-cholinergiques, au même titre que les sous-types M1, M2 et M3 des récepteurs muscariniques. Affecte à la fois les récepteurs M-cholinergiques centraux et périphériques. Il agit également (bien que beaucoup plus faible) sur les récepteurs n-cholinergiques. Interfère avec l'action stimulante de l'acétylcholine; réduit la sécrétion des glandes salivaires, gastriques, bronchiques, lacrymales, sudoripares, du pancréas. Réduit le tonus musculaire des organes internes; provoque une tachycardie, améliore la conduction auriculo-ventriculaire. Réduit la motilité du tractus gastro-intestinal, n'affecte pratiquement pas la sécrétion de bile. Il dilate les pupilles, empêche l'écoulement du liquide intraoculaire, augmente la pression intraoculaire et provoque une paralysie de l'accommodation. A doses thérapeutiques modérées, il a un effet stimulant sur le système nerveux central et un effet sédatif retardé mais durable; stimule la respiration (fortes doses - paralysie respiratoire). Il stimule le cortex cérébral (à fortes doses), à des doses toxiques, il provoque une excitation, une agiotation, des hallucinations et un coma. Réduit le tonus du nerf vague, ce qui entraîne une augmentation du nombre de contractions cardiaques (avec une légère modification de la pression artérielle) et une légère augmentation de la conduction dans le faisceau de His. L'effet est plus prononcé avec un tonus initialement augmenté du nerf vague. Après administration intraveineuse, l'effet maximal apparaît en 2-4 minutes.

Il est largement diffusé dans le corps. Il est métabolisé dans le foie par hydrolyse enzymatique. Communication avec les protéines plasmatiques - 18%. Pénètre la barrière hémato-encéphalique, le placenta et le lait maternel. À des concentrations significatives, il se trouve dans le système nerveux central après 0,5 à 1 heure, sa demi-vie est de 2 heures, l'excrétion par les reins est inchangée à 50%, le reste se présente sous forme de produits d'hydrolyse et de conjugaison..

Exacerbation de l'ulcère gastrique et de l'ulcère duodénal; pancréatite aiguë; pylorospasme; colique intestinale, colique biliaire, colique rénale, bronchospasme; hypersalivation (parkinsonisme, empoisonnement avec des sels de métaux lourds); bradycardie; bloc auriculo-ventriculaire; empoisonnement avec des agents cholinomimétiques et anticholinestérases; prémédication avant la chirurgie.

Hypersensibilité, glaucome à angle fermé (effet mydriatique, entraînant une augmentation de la pression intraoculaire, peut provoquer une crise aiguë), tachyarythmies, insuffisance cardiaque congestive sévère, cardiopathie ischémique, sténose mitrale, œsophagite par reflux, hernie hiatale, sténose pylorique (éventuellement diminution de la motilité du pylore) entraînant une obstruction et une rétention du contenu de l'estomac), une insuffisance hépatique et / ou rénale, une atonie intestinale, une maladie obstructive de l'intestin, un iléus paralytique, un mégacôlon toxique, une colite ulcéreuse, une xérostomie (une utilisation prolongée peut entraîner une diminution supplémentaire de la salivation), une myasthénie grave (la maladie peut s'aggraver en raison de l'inhibition de l'action de l'acétylcholine), de la rétention urinaire ou d'une prédisposition à celle-ci ou de maladies accompagnées d'une obstruction des voies urinaires (y compris du col de la vessie due à une hypertrophie prostatique), d'une toxicose gravidique (éventuellement augmentation de l'hypertension artérielle), maladie de Down, paralysie cérébrale (la réaction aux médicaments anticholinergiques augmente), période de lactation. Avec prudence Hyperthermie, glaucome à angle ouvert, tachycardie, insuffisance cardiaque chronique, hypertension artérielle, maladies pulmonaires chroniques, hémorragie aiguë, hyperthyroïdie, plus de 40 ans (risque de glaucome non diagnostiqué), grossesse.

Symptômes Sécheresse de la membrane muqueuse de la cavité buccale et du nasopharynx, troubles de la déglutition et de la parole, peau sèche, hyperthermie, mydriase, etc. (voir la section «Effets secondaires); excitation motrice et de la parole, troubles de la mémoire, hallucinations, psychose. Traitement. Anticholinestérase et sédatifs.

Sécheresse buccale, tachycardie, maux de tête, étourdissements, atonie intestinale et vésicale, constipation, difficulté à uriner, photophobie, mydriase, paralysie de l'accommodation, augmentation de la pression intraoculaire, altération de la perception tactile.

Solution injectable 1 mg / ml en ampoules de 1 ml - 5 pièces par boîte.

Injections de sulfate d'atropine: mode d'emploi

Composition

substance active: atropine;

1 ml de sulfate d'atropine en termes de substance à 100% - 1,0 mg

substances auxiliaires: acide chlorhydrique dilué, eau pour injection.

Forme posologique

Injection.

Propriétés physiques et chimiques de base: liquide transparent et incolore.

Groupe pharmacologique

Alcaloïdes de Belladone, amines tertiaires. Atropine. Code ATX А0ЗВ А01.

Propriétés pharmacologiques

Le mécanisme d'action est dû au blocage sélectif des récepteurs M-cholinergiques par l'atropine (affecte dans une moindre mesure les récepteurs H-cholinergiques), à la suite de quoi les récepteurs M-cholinergiques deviennent insensibles à l'acétylcholine, qui se forme dans la zone des terminaisons des neurones parasympathiques postganglionnaires. La capacité de l'atropine à se lier aux récepteurs cholinergiques s'explique par la présence d'un fragment dans sa molécule, ce qui lui confère une affinité avec la molécule ligand endogène, l'acétylcholine. Le sulfate d'atropine réduit la sécrétion des glandes salivaires, bronchiques, gastriques et sudoripares, augmente la viscosité des sécrétions bronchiques, inhibe l'activité des cils de l'épithélium cilié des bronches, réduisant ainsi le transport mucociliaire, accélère la contraction cardiaque, augmente la conduction AV, réduit le tonus des organes musculaires lisses, réduit le nombre et l'acidité totale suc gastrique (en particulier avec la prédominance de la régulation cholinergique de la sécrétion), réduit la sécrétion basale et nocturne de suc gastrique, dans une moindre mesure réduit la sécrétion stimulée, vira eno dilate la pupille (avec une augmentation possible de la pression intraoculaire). Pénétrant la barrière hémato-encéphalique, l'atropine à doses thérapeutiques stimule le centre respiratoire.

Après administration intraveineuse, l'effet maximal apparaît en 2-4 minutes. Le sulfate d'atropine est rapidement absorbé dans la circulation sanguine à partir du site d'injection. Il se distribue rapidement dans le corps, pénètre dans le sang-cerveau, la barrière placentaire et dans le lait maternel. Dans le sang, l'atropine se lie à 50% aux protéines, son volume de distribution est d'environ 3 l / kg. Après administration, la concentration d'atropine dans le plasma sanguin diminue en deux étapes. La première étape est rapide - la demi-vie est de 2 heures. Pendant ce temps, environ 80% de la dose d'atropine administrée est excrétée dans l'urine. La deuxième étape - le reste du médicament est excrété dans l'urine - la demi-vie est de 13 à 36 heures. L'atropine est métabolisée dans le foie par hydrolyse enzymatique, environ 50% de la dose est excrétée par les reins inchangée.

Les indications

En tant que remède symptomatique pour l'ulcère gastrique et l'ulcère duodénal, le pylorospasme, la pancréatite aiguë, la cholélithiase, la cholécystite, les spasmes des intestins, les voies urinaires, l'asthme bronchique, la bradycardie, à la suite d'une augmentation du tonus du nerf vague, pour réduire la sécrétion, salivaire, gastrique glandes, pour examen radiologique du système digestif (diminution du tonus et de l'activité motrice des organes).

Le médicament est également utilisé avant l'anesthésie, la chirurgie et pendant la chirurgie comme moyen de prévenir le broncho et le laryngospasme, réduit la sécrétion des glandes, les réactions réflexes et les effets secondaires causés par l'excitation du nerf vague. En tant qu'antidote spécifique en cas d'intoxication par des composés cholinomimétiques et des substances anticholinestérases (y compris organophosphorées).

Contre-indications

Hypersensibilité aux composants du médicament. Maladies du système cardiovasculaire dans lesquelles une augmentation de la fréquence cardiaque peut être indésirable: fibrillation auriculaire, tachycardie, insuffisance cardiaque chronique, maladie coronarienne, sténose mitrale, hypertension artérielle sévère. Saignement aigu. Thyrotoxicose. Syndrome hyperthermique. Maladies du système digestif, accompagnées d'obstruction (achalasie de l'œsophage, sténose pylorique, atonie intestinale). Glaucome. Insuffisance hépatique et rénale. Myasthénie grave. Rétention d'urine ou prédisposition à celle-ci. Dommages cérébraux.

Interaction avec d'autres médicaments et autres formes d'interaction

Lorsque le sulfate d'atropine est utilisé avec des inhibiteurs de la MAO, des arythmies cardiaques se produisent, avec la quinidine, le novocaïnamide - il y a une sommation de l'effet anticholinergique. Lorsqu'il est pris par voie orale avec des préparations de muguet, une interaction physico-chimique est observée avec le tanin, ce qui conduit à un affaiblissement mutuel des effets.

Le sulfate d'atropine réduit la durée et la profondeur d'action des stupéfiants, affaiblit l'effet analgésique des opiacés.

En cas d'utilisation simultanée avec la diphenhydramine ou la diprazine, l'effet de l'atropine augmente, avec les nitrates, l'halopéridol, le GCS à usage systémique augmente la probabilité d'une augmentation de la pression intraoculaire, avec la sertraline l'effet dépressif des deux médicaments augmente, avec la spironolactone, le minoxidil - l'effet de la spironolactone et de la minoxidiline diminue - avec la pénicilline l'effet des deux médicaments est amélioré, avec la nizatidine - l'effet de la nizatidine est amélioré, le kétoconazole - l'absorption du kétoconazole est réduite, avec l'acide ascorbique et l'attapulgite - l'effet de l'atropine est réduit, avec la pilocarpine - l'effet de la pilocarpine dans le traitement du glaucome est réduit, avec l'oxprénolone diminuant l'effet du médicament - l'effet antihypertenseur du médicament. Sous l'action de l'octadine, il est possible de réduire l'action d'hyposécrétion de l'atropine, ce qui affaiblit l'action des M-cholinomimétiques et des agents anticholinestérases. Avec l'utilisation simultanée de sulfanilamides, le risque de lésions rénales augmente, les médicaments contenant du potassium - la formation d'ulcères intestinaux est possible, avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens - le risque d'ulcères d'estomac et de saignements.

L'effet du sulfate d'atropine peut être renforcé par l'utilisation simultanée d'autres médicaments à effet antimuscarinique (anticholinergiques M, antispasmodiques, amantadine, certains antihistaminiques, médicaments du groupe des butyrophénones, phénothiazines, dispiramidiv, quinidine, antidépresseurs tricycliques, prise d'inhibiteurs non sélectifs). L'oppression du péristaltisme sous l'action de l'atropine peut entraîner une modification de l'absorption d'autres médicaments.

Fonctionnalités de l'application

Utiliser avec prudence chez les patients présentant une hypertrophie prostatique sans obstruction des voies urinaires, une maladie de Down, une paralysie cérébrale infantile, une œsophagite par reflux, une hernie hiatale, associée à une œsophagite par reflux, une colite ulcéreuse, des patients en âge de mégacolone, des patients atteints de Xer ou patients affaiblis, atteints de maladies pulmonaires chroniques sans obstruction réversible, avec des maladies pulmonaires chroniques survenant avec une faible production de crachats épais, difficiles à séparer, en particulier chez les jeunes enfants et les patients affaiblis, avec neuropathie autonome (autonome).

Application pendant la grossesse ou l'allaitement

Le médicament est contre-indiqué pendant la grossesse.

L'utilisation de sulfate d'atropine pendant l'allaitement est contre-indiquée en raison du risque de développer des effets toxiques sur l'enfant.

La capacité d'influencer la vitesse de réaction lors de la conduite de transport motorisé ou d'autres mécanismes

Compte tenu de la possibilité d'apparition de réactions indésirables telles que des étourdissements, des hallucinations, une violation de l'hébergement, lors de l'utilisation du médicament, vous devez vous abstenir de conduire des véhicules ou d'autres mécanismes.

Mode d'administration et posologie

Le sulfate d'atropine est administré par voie sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse. Avec une anesthésie par induction afin de réduire le risque d'inhibition de la fréquence cardiaque par le vague et de réduire la sécrétion des glandes salivaires et bronchiques - 0,3-0,6 mg sous la peau ou 30 à 60 minutes avant l'anesthésie en association avec la morphine (10 mg de sulfate de morphine) - à 1h00 avant l'anesthésie. En cas d'empoisonnement avec des médicaments anticholinestérases sulfate d'atropine, injecter 2 mg par voie intramusculaire toutes les 20 à 30 minutes jusqu'à l'apparition de rougeurs et de sécheresse de la peau, une dilatation de la pupille et une tachycardie et une normalisation de la respiration. En cas d'intoxication modérée à sévère, l'atropine peut être administrée pendant deux jours (jusqu'à ce que des signes de «ré-atropinisation» apparaissent).

Pour les enfants, la dose unique la plus élevée est:

  • jusqu'à 6 mois - 0,02 mg
  • à l'âge de 6 mois à 1 an - 0,05 mg
  • à l'âge de 1 à 2 ans - 0,2 mg
  • à l'âge de 3 à 4 ans - 0,25 mg
  • à l'âge de 5 à 6 ans - 0,3 mg
  • à l'âge de 7 à 9 ans - 0,4 mg
  • à l'âge de 10 à 14 ans - 0,5 mg.

Doses plus élevées pour les adultes par voie sous-cutanée: unique - 1 mg, par jour - 3 mg.

Les enfants des 3 premiers mois de vie sont particulièrement sensibles à l'atropine.

Utilisez le médicament pour les enfants aux doses spécifiées dans la section «Dosage et administration».

Effets indésirables

L'effet secondaire du médicament est principalement associé à l'effet M-anticholinergique de l'atropine.

Du côté du système digestif: bouche sèche, soif, altération du goût, dysphagie, diminution de la motilité intestinale à l'atonie, diminution du tonus des voies biliaires et de la vésicule biliaire.

Du système urinaire: difficulté et retard de la miction.

Du côté du système cardiovasculaire: tachycardie, arythmie, y compris extrasystole, ischémie myocardique, rougeur du visage, sensation de bouffées de chaleur.

Du système nerveux: maux de tête, vertiges, nervosité, insomnie.

Du côté de l'organe de la vision: pupilles dilatées, photophobie, paralysie de l'accommodation, augmentation de la pression intraoculaire, déficience visuelle.

Du côté du système respiratoire: une diminution de l'activité sécrétoire et du tonus des bronches, ce qui conduit à la formation d'expectorations visqueuses, de toux dure.

Troubles cutanés: éruption cutanée, urticaire, dermatite exfoliative.

Du système immunitaire: réactions anaphylactiques, choc anaphylactique.

Autres: diminution de la transpiration, peau sèche, dysarthrie, modifications au site d'injection, réactions d'hypersensibilité.

Surdosage

Symptômes Avec un léger surdosage - bouche sèche, pupilles dilatées, troubles de l'accommodation, tachycardie, difficulté à uriner, atonie intestinale, étourdissements, transfert de chaleur altéré, diminution de la transpiration. En cas d'intoxication - pupilles dilatées, augmentation de la pression intraoculaire, sécheresse des muqueuses et de la peau, fièvre, rétention urinaire, tachycardie, maux de tête, vertiges, hallucinations, perte complète d'orientation, agitation psychomotrice soudaine; convulsions avec perte de conscience, diminution de la pression artérielle, coma peut survenir.

Traitement. L'introduction d'un antidote - prosérine (1 ml de solution à 0,05% sous la peau) ou de physostigmine (0,5 à 1 ml de solution à 0,1% sous la peau). Avec agitation psychomotrice - chlorpromazine par voie intramusculaire (2 ml d'une solution à 2,5%). Avec convulsions - barbituriques (5 à 10 ml de solution de thiopental sodique à 2,5% par voie intraveineuse ou jusqu'à 10 à 15 ml de solution d'hexénal à 2,5% par voie intraveineuse, 3-4 ml avec une pause de 30 secondes). Avec apparition soudaine d'hyperthermie - glace sur la tête, la région de l'aine, enveloppements humides. Avec tachycardie - indérale. Avec rétention urinaire, cathétérisme. Avec une intoxication sévère - diurèse forcée, alcalinisation du sang. L'administration intraveineuse de glucose avec de l'acide ascorbique est indiquée.